pointu


pointu

pointu, ue [ pwɛ̃ty ] adj.
• 1361; de pointe
1Qui se termine en une ou plusieurs pointes. aigu. Clocher, clou pointu. Chapeau pointu. Toit pointu d'une tour. « La dame au nez pointu » (La Fontaine). Menton pointu. « des dents magnifiques mais courtes et pointues » (Huysmans). Feuille pointue. acuminé, subulé.
Qui présente des pointes. Écriture pointue.
2Fig. Très pointilleux, susceptible. Esprit, caractère pointu. « Ne prenez pas cet air pointu » (Toulet), désagréable et sec.
3Vieilli Qui a un timbre aigu, désagréable (son, voix). Un petit homme « au nez et à la voix pointus » (Vallès). Mod. Accent pointu, se dit dans le Midi de l'accent parisien. Adv. « elle avait bien assez de peine à dissimuler son accent en parlant pointu » (Aragon).
4D'une grande précision, d'une grande technicité. « certains logiciels, particulièrement spécialisés et “pointus” » (Science et Vie, 1989). Question pointue. Annonce pointue pour recruter un professionnel.
⊗ CONTR. Arrondi.

pointu adverbe Parler pointu, avec l'accent pointu. ● pointu nom masculin Embarcation de pêche et de promenade utilisée en Méditerranée. ● pointu (expressions) adverbe Parler pointu, avec l'accent pointu. ● pointu, pointue adjectif (de pointe) Qui se termine en pointe : Couteau pointu. Se dit d'une voix grêle et aiguë : Parler d'un ton pointu. Littéraire. Qui est pointilleux ou susceptible à l'excès : Esprit pointu. Qui présente un degré très élevé, très poussé de spécialisation : Formation pointue. Se dit d'un moteur dont la caractéristique de puissance (variation de la puissance en fonction du régime) affecte une forme pointue pour atteindre son maximum puis redescendre rapidement. ● pointu, pointue (expressions) adjectif (de pointe) Accent, parler pointu, celui des Parisiens, pour les gens du midi de la France. Arrivée pointue, arrivée d'une course dans laquelle il est très difficile de déterminer le classement des concurrents avant le développement de la photo. ● pointu, pointue (synonymes) adjectif (de pointe) Qui se termine en pointe
Synonymes :
- acéré
- effilé
Contraires :
Arrivée pointue
Synonymes :
- arrivée serrée

pointu, ue
adj.
d1./d Qui se termine en pointe, qui présente une, des pointes aiguës. Bâton pointu. Grille pointue.
d2./d (Son, voix.) Qui se développe surtout dans les aigus.
d3./d Fig. Esprit, caractère pointu, pointilleux à l'excès.
Très raffiné, très subtil. Raisonnement pointu.
|| Très spécialisé. Formation pointue.

⇒POINTU, -UE, adj. et subst. masc.
I.Adjectif
A. —1. Qui se termine en pointe, par une pointe. Un toit pointu; des dents pointues; un menton pointu; une flamme pointue. C'était le faubourg Saint-Jacques avec la belle croix sculptée de son carrefour, l'église de Saint-Jacques du Haut-Pas, qui était alors gothique, pointue et charmante (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p.147). Sa robe de soie collante, d'un ton clair et rose, tranche vivement sur les ténèbres de sa peau et moule exactement sa taille longue, son dos creux et sa gorge pointue (BAUDEL., Poèmes prose, 1867, p.117). V. aigu ex. 5, aiguille ex. 15, aiguillon ex. 2.
Pop., vx. Bouillon pointu. Lavement. Virginie ayant dit qu'elle ne mangeait plus depuis deux jours, pour se faire un trou, cette grande sale de Clémence en raconta une plus raide: elle s'était creusée, en prenant le matin un bouillon pointu, comme les Anglais (ZOLA, Assommoir, 1877, p.567).
2. Qui présente des aspérités, qui est sans rondeurs. Synon. anguleux.
a) [En parlant de l'aspect physique d'une pers.] Un homme à cheveux rouges en descendit, donnant le bras à une Anglaise maigre et pointue, comme on en rencontre en Suisse et aux Pyrénées (PONSON DU TERR., Rocambole, t.3. 1859, p.417).
b) [En parlant de gestes, de la démarche] Saccadé. Il aiguillonne la colère ambiante avec ses petits gestes pointus (BARBUSSE, Feu, 1916, p.26). Il n'avançait plus Ortolan qu'à pas nerveux et pointus comme sur des triques (CÉLINE, Voyage, 1932, p.42).
c) [En parlant d'un dessin, d'une écriture] Julien parut soudain et lui présenta sur un plateau la plus large lettre que nous eussions encore vue, couverte d'une écriture immense et pointue, évidemment féminine (MAURIAC, Robe prétexte, 1914, p.108).
3. Littér., rare. Qui a des piquants. Quand fleurissait le chardon pointu (FLAUB., Tentation, 1849, p.458).
B. —1. a) [En parlant d'un son] Aigu, perçant, criard. Autour d'elle, on ne remuait pas, on ronflait; elle entendait le bourdon sonore de Julie, tandis que, chez Lisa, il y avait un sifflement, une musique pointue de fifre (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p.369).
Empl. adv. De petits obus coléreux, sifflant pointu, jettent par-dessus nous leurs trajectoires rigides (GENEVOIX, Nuits de guerre, 1917, p.62).
b) [En parlant de la voix, d'un cri, d'un rire] Entrée libre! jeta une voix pointue, une voix de mouette (H. BAZIN, Mort pt cheval, 1949, p.26).
Empl. adv. Un groupe de Françaises, —corsets droits qui écrasent les hanches, jupes trop longues rejetées en arrière et plaquées en avant —parle haut et pointu (COLETTE, Cl. s'en va, 1903, p.206).
c) Accent pointu. Pour les Méridionaux, manière de parler des habitants du nord de la France, et particulièrement des Parisiens. Le tout aggravé de cet accent pointu qu'elle avait pris au couvent d'Hyères, où elle avait été élevée (ARAGON, Beaux quart., 1936, p.87):
1. [Certains locuteurs], soucieux de parler «élégamment», vont jusqu'à remplacer par un è, prononciation «pointue», jugée plus distinguée, de la bourgeoisie des grandes villes du nord de la France et en particulier de Paris, les é des participes passés des verbes du premier groupe et le -ez de la deuxième personne du pluriel au présent.
Cl. HAGÈGE, L'Homme de paroles, Paris, Fayard, 1985, p.281.
Empl. adv. De nos jours, celui qui parle pointu c'est (...) le Français du Nord, qui n'a pas l'accent méridional. En face de lui, le vrai Méridional parle plat (J.-Cl. BOUVIER, Anthologie des expr. en Provence, Marseille, Rivager, 1982, p.114).
2. Dont la saveur est piquante. Synon. âcre, aigre, acide. Vin pointu. Dans la fumée qui piqua les yeux encore pendant longtemps, l'odeur pointue de la poudre et du soufre nous restait (CÉLINE, op.cit., p.23).
3. Qui provoque une sensation de piqûre. [Les Chevaliers-Gardes] faisaient jusqu'à 53 verstes par jour (...) par un froid de 12o, un froid pointu et un vent qui arrachait les casques (J. DE MAISTRE, Corresp., 1807, p.368).
[En parlant d'un regard] Aigu, perçant. Mais quelqu'un de la bande, qui avait l'oeil plus pointu, laissa rouler les autres et vint à elle (POURRAT, Gaspard, 1931, p.117). Espivant la couvrit du regard qu'elle appelait en elle-même «le petit regard», serré entre les cils, pointu et expert (COLETTE, J. de Carneilhan, 1941, p.53).
4. [En parlant d'une oeuvre de création] Aiguisé, fin, pénétrant. La petite touche, c'est le charme et la petitesse de la conversation de Sainte-Beuve (...). Cela est aiguisé, menu, pointu. C'est une pluie de petites phrases qui peignent, mais à la longue, et qui entrent, mais goutte à goutte (GONCOURT, Journal, 1862, p.1163):
2. Tortillé et précieux, doctoral et complexe, Hello, par les pénétrantes arguties de son analyse, rappelait à Des Esseintes les études fouillées et pointues de quelques-uns des psychologues incrédules du précédent et du présent siècle.
HUYSMANS, À rebours, 1884, p.205.
Une recherche très pointue. Recherche approfondie, très spécialisée. Domaine pointu. Domaine qui relève de secteurs de pointe. Les progrès sont encore plus naturels dans les domaines plus «pointus». Spécialiste des grands froids, L'Air liquide a une bonne expérience, mais ne rencontre pas souvent l'occasion d'installer un système pouvant amener 7000 litres d'hélium liquide à la température de 1,8 kelvin et à l'état superfluide (Le Monde, 30 avr. 1986, p.20, col. 6).
5. [En parlant d'oeuvres, de style] Affecté, maniéré, chargé de traits d'esprit:
3. Après la pureté angélique de Virgile, on eut à Rome l'esprit de Sénèque. Nous avons aussi nos Sénèques à Paris, qui, tout en vantant la simplicité et le naturel de Fénelon et du siècle de Louis XIV, s'en éloignent le plus possible par un style pointu et plein d'affectation.
STENDHAL, Haydn, Mozart et Métastase, 1817, p.200.
C. —1. [En parlant d'une pers., de son caractère] Qui est de caractère difficile, mesquin ou revêche. Synon. grincheux, revêche. Les bourgeois, les petits rentiers pointus (...) n'avaient pas voulu les recevoir [les soldats] (ZOLA, Nouv. Contes Ninon, 1874, p.205).
[En parlant de l'apparence physique, du comportement d'une pers.] Qui manifeste ce caractère. Lucien ne vit partout que des figures d'usuriers, des physionomies mesquines, pointues, hargneuses (STENDHAL, L. Leuwen, t.1, 1835, p.58). Et la silhouette du petit docteur se dressait devant elle, maligne, pointue; elle le voyait blême, sans âge, les yeux vifs et fuyants (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p.212).
2. [En parlant d'écrits, de propos] Acerbe, incisif, piquant. Il riait avec amertume, et (...) il lançait quelquefois des mots pointus très méchants contre l'Assemblée nationale, la garde citoyenne et tous ceux qui tenaient avec la nation (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t.1, 1870, p.369):
4. ... Forgues, un Méridional gelé, qui ressemblait à une glace frite par les Chinois et qui apportait d'un air diplomatique de petits articles pointus, faits avec des aiguilles...
GONCOURT, Journal, 1853, p.86.
II.Subst. masc.
A. —1. Personne affectée, pédante. L'esprit français épigrammatique, combiné avec un élément de pédanterie (...) devait engendrer une école (...) que je nommerai, si vous le voulez bien, l'école des pointus (BAUDEL., Curios. esthét., 1859, p.243). Ce Degas, ce pointu fatigant avec ses grimaces d'esprit et ses mots fins du café de la Nouvelle Athènes (GONCOURT, Journal, 1883, p.245).
2. Pop., fam. ou péj. [P. réf. à la mitre] Évêque. Une lettre du ministère (...) m'invitait à aller voir l'évêque de Moulins. Il se trouve que ce pointu est en retraite (MÉRIMÉE, Lettres Viollet-le-Duc, 1852, p.15).
3. Pop., fam. ou péj. [P. réf. au bonnet de police] Policier. C'est que vous avez tout-à-fait bonne façon comme cela, Ors' Anton', disait la vieille servante, et le plus beau pointu de Bocognano ou de Bastelica n'est pas plus brave! (MÉRIMÉE, Colomba, 1840, p.79). Une nuée stridente!... Toute une escouade de «polices», des bleus, des pointus alors, des éteignoirs noirs sur la pêche!... (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.251).
B. — ,,Embarcation de Toulon, pointue des deux bouts, gréée d'une voile latine`` (SOÉ-DUP. 1906). [La mer] tarabustait de son mieux toutes les embarcations, les chaloupes, les barges, les remorqueurs, les yachts blancs et noirs, les pointus (VIALAR, Bal sauv., 1946, p.181).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1370-82 «ce qui se termine en pointe» (ORESME, Livre du ciel et du monde, éd. A. D. Menut et A. J. Denomy, 170a, 7-9); 1389 «garni de piquants (d'un hérisson)» (E. DESCHAMPS, Balades de moralitez, éd. Queux de St Hilaire, I, p.309); 2. 1680 «ce qui provoque une sensation comparable à une piqûre» (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettres, éd. M. Monmerqué, t.IV, p.326); 1585 voix pointue «désagréable» (N. DU FAIL, Contes d'Eutrapel, éd. J. Assézat, II, p.105); 1931 parler pointu (A. BRUN, Le Français de Marseille ds FEW t.9, p.578a); 3. ca 1465 justice [...] aigre et pointue «dure, sévère» (GEORGES CHASTELLAIN, Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove, t.IV, p.324, l. 6); 1651 «d'une personne susceptible, pointilleuse» (SCARRON, Virgile travesti, VI, 202); 4. 1723 «style caractérisé par l'abus de pointes» (J. B. ROUSSEAU, Ep., I, I ds LITTRÉ). Dér. de pointe; suff. -u. Fréq. abs. littér.:1121. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 1390, b) 2048; XXes.: a) 1894, b)1344.

pointu, ue [pwɛ̃ty] adj. et n. m.
ÉTYM. 1377; de pointe.
———
I Adj.
1 Qui présente une ou plusieurs pointes, qui se termine par une extrémité allongée, amincie ou formant un angle plus ou moins aigu. Aigu (cit. 1); acéré, piquant; acuti-; angulaire; et aussi (hist. nat.) acuminé, subulé. || Rendre pointu. Affiner, affûter, 2. appointer, appointir, 1. empointer, 2. pointer (I., 2.), rapointir. || Ardillon (cit. 1), clocher (→ Joint, cit. 1), clou, couteau, talon pointu (→ Mule, cit. 2). || Fer pointu d'une lance. || Bout pointu d'un aiguillon, d'un pieu. || Toit pointu d'une tour (→ Château, cit. 1). || Embarcation pointue par les deux bouts (→ Balancelle, cit. 1).(En parlant d'une partie du corps). || Nez (→ Aquilin, cit. 1), museau (cit. 1) pointu. — ☑ Allus. littér. « La dame au nez pointu » : la belette (→ Occupant, cit. 1, La Fontaine). || Menton pointu.Chapeau pointu (→ Enjoliver, cit. 2). || Capuchon (cit. 2) pointu.
1 Ce rire strident, aigu, découvrant des dents magnifiques mais courtes et pointues, débusquant une lèvre railleuse, le vexa.
Huysmans, Là-bas, VIII.
Fam., vx. Bouillon pointu. Bouillon.
Par ext. Hérissé de traits aigus. || Une écriture (cit. 12) pointue.
2 (1658). Vieilli. Excessivement pointilleux, susceptible. || Air, caractère, esprit pointu. Minutieux.
2 Ne prenez pas cet air pointu
En parlant d'amour ancillaire.
P.-J. Toulet, Contrerimes, Chansons, XII.
3 (1723). Fig., vx. Se dit d'un style encombré de pointes, d'allusions.
4 (1680). Par métaphore. Qui pique, qui pénètre comme une pointe, comme une aiguille. || Un air glacé et pointu (→ Froideur, cit. 1, Mme de Sévigné). || Un petit vent pointu. || Un vin pointu.
3 (…) l'odeur pointue de la poudre et du soufre (…)
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 22.
Un regard pointu, inquisiteur, aigu.
3.1 (…) Jean, à travers les joues énormes et grêlées de Mme Delven, à travers le regard pointu dont elle regardait tout le monde, nourrissant Bergotte près d'elle en lui passant les morceaux d'une mandarine qu'elle épluchait comme si elle nourrissait sa vengeance contre la société qui l'avait méprisée et à qui la préférait ce grand homme (…)
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 788.
5 (1845). Péj. (En parlant d'un son, d'une voix). Qui a un timbre aigu, désagréable. || Voix pointue. || Il parle sur un ton pointu. Élevé.
4 J'ai pour professeur un petit homme à lunettes cerclées d'argent, au nez et à la voix pointus, avec un brin de moustache (…)
J. Vallès, l'Enfant, XVIII.
6 (XXe). || Accent pointu, se dit dans le Midi d'un accent autre que celui du Midi, spécialement de l'accent parisien.Adv. || Parler pointu.
5 À peine sortie de chez sa mère, quelque part dans le Midi, elle avait bien assez de peine à dissimuler son accent en parlant pointu (…)
Aragon, les Cloches de Bâle, I, VI.
7 Qui est subtil, difficile, et d'une exactitude minutieuse. || Un raisonnement pointu.
8 Fam. Dont les réactions sont rapides, vives (moteur, voiture); qui réagit avec précision.
———
II N. m.
1 (Déb. XXe). || Un pointu : petite barque, pointue à l'avant et à l'arrière (à la différence des canots à arrière carré de la marine nationale), utilisée surtout sur les côtes de Provence.
6 (…) le Pointu du Midi ne marche bien à la voile qu'au large et au vent arrière car il naviguait autrefois de nuit en se servant de la brise de terre et tous les autres trajets se faisaient à l'aviron en s'aidant des découpures de la côte.
J. Giordan, le Yachting, p. 62.
2 (1723). Vx. Morceau d'étoffe en triangle pour la fabrication des chapeaux.
CONTR. Arrondi. — Camard, camus.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pointu — pointu, ue (poin tu, tue) adj. 1°   Qui a une pointe aiguë ; qui se termine en pointe. Un bâton pointu par le bout.    Chapeau pointu, chapeau haut de forme, qui va en diminuant.    Menton pointu, nez pointu, menton, nez qui est en pointe. •   La …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • pointu — Pointu, [point]ue. adj. Qui a une pointe aiguë. Cette espée est bien pointuë. ce couteau est trop pointu. On appelle, Chapeau pointu, Un chapeau qui est haut de forme. On dit, d Un homme qui a le nez & le menton un peu en pointe, qu Il a le nez… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Pointu — Le nom est surtout porté dans le Puy de Dôme. Variantes : Pointud, Pointut. Il correspond à l adjectif pointu , qui a eu entre autres sens celui de dur, sévère (XIVe siècle) …   Noms de famille

  • POINTU — UE. adj. Qui a une pointe aiguë, qui se termine en pointe. Cette épée est bien pointue. Ce couteau est trop pointu. Un bâton pointu par le bout. Les feuilles de cette plante sont pointues.   Chapeau pointu, Chapeau haut de forme, qui va en… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • POINTU, UE — adj. Qui a une pointe aiguë, qui se termine en pointe. Cette épée est bien pointue. Ce couteau est trop pointu. Un bâton pointu par un bout. Les feuilles de cette plante sont pointues. Nez pointu, menton pointu. Fig., Voix pointue, Voix aiguë.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Pointu — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Pointu », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Un pointu, une famille de barques de pêche… …   Wikipédia en Français

  • pointu — adj., terminé en pointe, aigu, acéré ; pointilleux (ep. d un homme) : BÈKU, WÀ / ouha, WÈ / ouhe <aigu> (Albanais.001, Annecy.003, Chapelle St Mau., Gruffy, Thônes.004, Villards Thônes / Saxel.002) ; awijà, à, è (001), awoujà, à, eu pro.… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Pointu (embarcation) — Pour les articles homonymes, voir Pointu. Pointu Bateau de pêche traditionnelle pointu du …   Wikipédia en Français

  • Bourbon Pointu — Bourbon pointu …   Wikipédia en Français

  • Café Bourbon pointu — Bourbon pointu Bourbon pointu …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.